Armani aimerait que tu t'habilles EN HOMME

Mes hommages. Il est de ces journées qui débutent sans souci, pied pointé vers l'infiniment exquis.

OH.

... mais qui, en un soubresaut de narines, CHANGENT RADICALEMENT DE TOURNURE. Surprise_02 Heureusement que les jours de long fleuve tranquille, Giorgio Armani, revigorant octogénaire, est là pour émettre des déclarations phares évoquant cette familière sensation de bouillon d'eau de mer dans les nasaux. C'est que le designer doré comme une poule qui tournaille sur sa broche semble se faire un devoir d'associer chaque mot qui sort de sa petite bouche mince à sa ville natale (IL EST NÉ À PLAISANCE).

C'est ainsi qu'entre deux cuillerées de vichyssoise, le vieil homme usé par l'eau de cologne et l'ennui a pris cinq minutes pour s'asseoir, se racler la gorge, remonter ses jeans taille haute, puis déclarer ceci: « A homosexual man is a man 100 per cent. He does not need to dress homosexual. When homosexuality is exhibited to the extreme – to say: ‘Ah, you know I’m homosexual,’ – that has nothing to do with me. A man has to be a man. » « Un homosexuel est un homme à 100%. Il n'a pas besoin de s'habiller en homosexuel. Quand l'homosexualité est exhibée à l'extrême - pour dire « Hé. JE SUIS GAI » - ça ne me dit rien qui vaille. Un homme doit être un homme. » UN HOMME DOIT ÊTRE UN HOMME.

AH.

Mais que diable est, mais surtout, N'EST PAS, un homme? La question n'est pas mince. C'est pourquoi je n'ai pas hésité un seul instant à consulter, d'abord, Pascal Yiacouvakis pour savoir si je devais mettre mes gumboots, pour ensuite me plonger dans les ouvrages et défilés de Giorgio, humidité relative à la chevelure. AH! Alors c'est plutôt éclairant. Selon Gigi, un homme sait d'abord employer le mobilier à bon escient.

OH.

Il porte le maillot approprié, Giorgio_Armani_maillot

N'a peur de s'exhiber ni le blanc, OH.

Ni le galbe.

OH.

Un vrai homme use de fine quincaillerie pour éviter que ses culottes prennent le camp à la taverne, AH.

Sait faire profiter autrui de son see through, OH.

Et n'hésite pas à se hisser le fanny-pack au poitrail, K-Way ouvert à toute proposition. OH. Mais surtout, et qu'on se le dise en rotant, un vrai homme n'a pas peur de se célébrer OH. OH. Voilà qui a le mérite d'être précis et formidablement aiguillant. Ça fait que sacrez-moi vos chemises, vos ti-corps pis votre self-esteem au car à vidanges.

Et si, quelque part au fond de votre cœur noirci par votre inaptitude à porter un coton ouaté comme du monde, il vous reste un peu de pitié pour vous-mêmes, suivez, de grâce, les préceptes accessibles d'un vieillard huilé au bulbe éclairé. À nous, les vrais hommes. À NOUS, LA RUE. La bise.

PS TENDRESSE :: messieurs, vous portez ben ce que vous voulez, han.

Commentaires

Ça vient d'arriver!