Magalie Lépine-Blondeau et Julie Perreault complices sur le tournage de «Merci pour tout»

Magalie Lépine-Blondeau et Julie Perreault qui jouent deux soeurs, c'est un méchant beau duo... et surtout, on y croit TELLEMENT!
 

Karine Paradis


Hier, j'avais le bonheur d'aller faire un tour sur le plateau de tournage de Merci pour tout, le tout nouveau film de Louise Archambault (Gabrielle, Il pleuvait des oiseaux), scénarisé par Isabelle Langlois. Bien connue pour l’écriture de plusieurs séries télévisées à succès comme Radio Enfer, Rumeurs, Mauvais Karma et Lâcher prise, elle signe ici son premier scénario de long métrage. Comédie et road movie, Merci pour tout met en vedette Magalie Lépine-Blondeau et Julie Perreault dans les rôles des sœurs Christine et Marianne Cyr, ainsi que Jean-François Pichette (qui a récemment fait parler de lui pour son rôle poignant dans la série Le Monstre), Patrick Hivon, Robin Aubert, Aliocha Schneider et Guy Nadon.

À noter que c'est le premier film de Magalie et Julie où elles sont les têtes d'affiche et ça, c'est vraiment cool!
 

Laurent Guérin


Entre Magalie et Julie, c'est l'amour fou. Et le terme est faible! En plus de jouer les frangines au grand écran, les comédiennes ont développé une chimie à tout casser et ne peuvent cesser de pouffer de rire lorsqu'elles sont ensemble! J'aimerais bien être un petit oiseau pour les voir à l'oeuvre en tournage, car les prises gardées pour les bloopers doivent être nombreuses...

«On était dans la même série sur 19-2, mais on dirait qu'on ne se croisait pas vraiment sur les tournages! Quand Louise Archambault nous a offert le rôle il y a un an, on s'est rencontrées et on s'est tout de suite liées d'amitié. On se voit maintenant très souvent, on va manger ensemble et on est même parties à New York en voyage! Il y a une belle complicité qui s'est installée entre nous grâce au projet, mais qui s'est fait naturellement aussi! On rit tout le temps, on finit presque les phrases l'une de l'autre... les fins de semaine, on n'arrête pas de s'écrire! On est comme des dépendantes affectives (rires) et c'est super ce genre de bonnes énergies! Il y a quelque chose qui s'est installé entre nous à un moment donné et j'ai vraiment eu le sentiment d'être sa grande soeur. On a une grande complicité, c'est indéniable!», me confiait Julie.

«On s'aime d'amour... en tout cas, moi je l'aime d'amour (rires)! Je rentre chez moi le soir, et je suis contente, mais je m'ennuie déjà d'elle! Pour vrai, elle est un peu comme ma soeur dans la vraie vie aussi. J'ai une confiance absolue en elle et je ne dis pas ça de tout le monde», ajoute Magalie tout sourire. «Je suis très près de ma soeur dans la vie et je ne me départirai jamais de ce lien-là avec elle. On se texte tous les jours d'ailleurs! En fait, le lien qu'on va découvrir entre les deux soeurs du film, c'est ça qui m'a touchée quand j'ai lu le script! C'est une histoire que j'ai envie de raconter, je trouve ça extrêmement puissant et riche les liens familiaux, qu'ils soient heureux ou qu'il y ait des tensions. On ne peut jamais se défaire totalement d'où l'on vient, des personnes qui ont constitué la première cellule, qu'elle nous ait manqué ou qu'on ait eu la chance de grandir dedans. Ça conditionne un peu tout ce qu'on est!», poursuit-elle.
 

Laurent Guérin

Laurent Guérin
 

Les sœurs Marianne et Christine Cyr sont en froid depuis un an quand elles apprennent le décès de leur père, un abonné aux affaires croches. Merci pour tout raconte leur périple vers les Îles de la Madeleine où elles vont répandre ses cendres et fuire leurs problèmes personnels… sans réaliser qu’elles les transportent avec elles, au propre comme au figuré.

«Notre père est décédé et on se rend compte qu'il y a vraiment des squelettes dans le placard, qu'il est impliqué dans des magouilles... qu'il est croche, bref! On est un peu pognées au milieu de tout ça... On reçoit ses cendres et dans ses dernières volontés, il nous demande d'aller les disperser aux Îles de la Madeleine. On est en chicane depuis un an alors ça ne nous tente pas du tout de faire ce voyage et encore moins de pleurer notre père... disons qu'on reçoit les cendres avec un peu de dégoût, car notre père nous écoeure même mort!», me racontait Julie à propos de ses journées de tournage au centre funéraire et à la morgue.

Julie effectuait d'ailleurs un retour au cinéma après avoir tourné dans Le Mirage en 2015!
 

Laurent Guérin

Laurent Guérin

Laurent Guérin


Depuis quelques années, Magalie se fait offrir de plus en plus de rôles de personnages féminins forts; j'ai donc voulu savoir ce qui l'avait intriguée dans ce nouveau rôle au cinéma!


«J'aime construire des personnages un peu par opposition. Pas seulement pour ne pas me répéter, mais aussi parce que c'est le fun d'aller explorer quand on a approfondi quelque chose, d'aller ailleurs complètement. Je suis chanceuse parce que ces personnages différents-là se présentent à moi. Je n'ai jamais joué un personnage un peu brouillon, bohème, «tout croche» comme Christine! Je pense que d'habitude, spontanément, on m'offrirait l'inverse: un air de grande dame ou je ne sais pas quoi. Mais là, à côté de Julie Perreault, c'est sûr que je suis la petite tout croche (rires)! Comme dans la vie, c'est drôle parce que je me réfère toujours à elle, elle connaît tout: elle connaît les horaires de tout le monde, les dates, les itinéraires, le nombre de jours qui restent au tournage, à quelle heure on finit, elle m'explique un paquet d'affaires! Elle me dit: « n'oublie pas de penser à ça »... moi, je suis tellement relaxe... je m'abandonne à la vie (rires)! Et maintenant à Julie! Maintenant, c'est le fun, parce que pour le prochain mois, je peux m'abandonner à Julie (rires), c'est ma référence en tout! Donc, ça m'a beaucoup charmé l'idée de ce personnage-là, qui est un peu une éternelle adolescente. On dirait qu'elle n'arrive pas à prendre ses responsabilités, qu'amoureusement c'est tout croche, que professionnellement ça ne fonctionne pas, que financièrement elle n'arrive jamais à joindre les deux bouts... Ce petit côté déglingué autant physiquement que dans sa personnalité, j'adore ça!»
 

Laurent Guérin

 

Le tournage de Merci pour tout se poursuivra jusqu’au 29 mars à Montréal et ses environs, ainsi qu’aux Îles de la Madeleine. Le film prendra l’affiche en 2019!

«Je trouve ça le fun d'avoir autant de femmes à l'écran au cinéma. C'est sûr qu'on va penser à des films comme Thelma et Louise... mais qui va faire Thelma et Louise entre Magalie et Julie, ça c'est une autre paire de manches?! Dans cette situation, ce sont deux femmes, mais en même temps, il y a des hommes qui gravitent autour de cette histoire-là... leurs amoureux, leurs ex-amoureux, leur père, etc. Et au final, je suis contente de mettre en valeur cette complexité féminine, mais ce n'est pas au détriment des hommes. C'est juste un complément!», conclut la réalisatrice Louise Archambault.

Voyez plus de photos!

Karine Paradis

Karine Paradis

Laurent Guérin

Laurent Guérin

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis


À lire aussi:

Ça vient d'arriver!