Les propos de Louis-Jean Cormier divisent la toile

Les récents propos de Louis-Jean Cormier dans un article de La Presse + ont fait beaucoup réagir.

Lorsqu'on l'a interrogé sur ce qu'il pensait de la parité homme-femme dans les festivals, ce dernier a répondu : «Je suis très ambivalent et je ne sais pas où me positionner tant que ça, a-t-il répondu. A priori, je suis contre, car je veux qu'on fasse passer l'art avant le sexe. J'ai de la misère à défaire mon focus de l'art et du talent, et si on fait tout 50-50, j'ai peur que ça donne des programmations grises. Du côté de la technique, ce que je veux, c'est avoir la meilleure équipe possible. Mais on n'est pas proche de l'équité parce que les techniciennes n'ont pas beaucoup d'expérience... Mais c'est vrai que c'est un métier qui s'apprend sur le terrain et qu'il faut ouvrir ce terrain.»


Louis-Jean Cormier

CP Images



Les propos de Louis-Jean Cormier ont été critiqués sur la toile. La chanteuse et juge à Danser pour gagner Laurence Nerbonne a adressé une lettre ouverte au chanteur sur les réseaux sociaux. 

«J’ai beaucoup hésité à t’écrire aujourd’hui. Encore une fois, j’ai eu peur. Je me suis dit que je m’adressais à une idole, un pair, une figure importante de la musique. J’ai ressenti pour la millième fois mon infériorité de femme du milieu. Mais je ne peux plus garder le silence face à des propos du genre, parce que j’ai une armée derrière moi. Je pense qu’aujourd’hui, le changement de paradigmes passe par toutes celles et tous ceux qui ne sont pas d’accord avec toi. Je pense que ce genre de propos ne passe plus, que ton discours archaïque n’inspire ni les hommes, ni les femmes en 2018.»

Vous pouvez lire la réponse intégrale de la vedette ci-dessous : 
 




Louis-Jean Cormier a ensuite fait un mea culpa, dans lequel il explique avoir vécu «une sensation de malaise» après avoir lu ses propos dans La Presse+.

«Je prends la main que me tendent Les Soeurs Boulay et Laurence Nerbonne, qui se proposent de m’en apprendre un peu plus sur le sexisme systémique auquel elles, mes collègues, sont confrontées. Clairement j’ai un exercice de conscience à faire et ça tombe bien, je suis en sabbatique.»





Que pensez-vous de toute cette histoire? 

Ça vient d'arriver!