ENTREVUES: les gagnants du Gala de l'ADISQ 2015

Le 37e Gala de l'ADISQ est derrière nous mais c'est encore le temps de célébrer les réussites de nos artistes favoris. D'abord, ils étaient bien habillés, mais surtout, ils sont incroyablement talentueux. 

C'est donc Jean Leloup et Ariane Moffatt qui ont été couronnés grands gagnants de la soirée par les membres de l'industrie mais aussi par le public. «Quand j'ai entendu mon nom, j'ai été habité par une grande émotivité et j'ai revu dans ma tête un espèce de petit film de mes deux dernières années,» a avoué tout sourire celle qui est repartie avec le Félix de l'interprète féminine de l'année et celui du meilleur disque pop pour 22h22. «Je me suis débattue pour faire ce disque, ça n'a pas été facile. C'est aussi un disque très intime, très impudique, où j'ai vraiment ouvert les valves de ce que je ressentais sans trop penser à l'après. Donc de voir que, dans l'après, il y a un accueil comme ça, c'est très très touchant.» 

Jean Leloup est pour sa part reparti avec les statuettes d'interprète masculin et auteur-compositeur de l'année. Paradis City a été sacrée chanson de l'année! «On ne sait jamais si on va gagner ou pas, donc je ne m'attendais à rien. Cela dit, je m'étais préparé et je m'étais pratiqué,» a dit, en riant, celui qui s'est fait taquiner par Louis-José Houde à la suite de ses premiers remerciemements décousus. «Je n'ai juste par réussi à déterminer comment je voulais faire mes remerciements parce que ça faisait une liste immense. Donc j'ai préparé des discours intelligents, où je parlais notamment de la pollution, du déversement des eaux usées... j'avais pleins d'idées géniales, mais je me suis finalement dit Ben non, ce n'est pas de la politique

Marie-Pierre Arthur a de son côté reçu son premier Félix en carrière. «Je ne peux pas croire que c'est Ariane (Moffatt) qui m'a remis mon trophée en plus... Nous avons commencé notre vie d'artiste ensemble, j'ai longtemps joué avec elle,» expliquait l'auteure-compositrice-interprète, le sourire au visage et le Félix de l'album adulte contemporain entre les mains. «C'est mon troisième disque et je n'avais jamais reçu de Félix auparavant. Il ne faut pas s'en faire avec ça, ce sont des gens qui décident des vainqueurs et c'est une question de goût, mais quand ils disent oui, ça fait du bien à l'égo et au projet.»

Parmi les autres gagnants de la soirée, on retrouve l'exceptionnelle formation rock Galaxie (groupe de l'année), Patrice Michaud (spectacle - auteur-compositeur-interprète), Isabelle Boulay (spectacle - interprète) et Fred Pellerin (album folk de l'année). «Je suis rendu à 13 Félix, j'en vends maintenant,» a dit ce dernier en riant. «Non mais pour vrai, ils sont tous alignés sur une tablette et ils sont mis en évidence parce que c'est mon trophée préféré. Mais j'ai la tablette modeste donc là les Félix dépassent et j'ai commencé à en mettre sur le bord de la fenêtre.»

Petit bémol - dans mon coeur - de la soirée, Louis-Jean Cormier est reparti bredouille malgré six nominations. Il a cependant offert une superbe prestation avec Galaxie et Philippe Brach (révélation de l'année). Marie-Mai, Ariane Moffatt et Fanny Bloom nous ont aussi fait vivre un très beau moment avec un power trio de filles d'exception.  

Et sans parler de Louis-José Houde, qui était une fois de plus excellent à la barre du Gala de l'ADISQ. «Ça a été une bonne cuvée cette année. J'y allais de matériel un peu plus direct et mordant, un peu plus achalant pour les membres de l'académie. Je voulais les réveiller, ça a marché,» a dit l'animateur, avec un grand sourire. Et est-ce que l'humoriste sera de retour pour une onzième année en 2016? «Je n'ai pas encore pris ma décision... C'est juste qu'il faut bien le faire, je travaille sur le gala pendant très longtemps. Donc si je sens que je ne peux pas y mettre autant d'ardeur et de rigueur que je le fais habituellement, je ne le ferai pas.»

Commentaires

Ça vient d'arriver!