Renaissance de Marie-Mai: «Je veux que ma fille soit fière de moi»

The queen is back!

Mardi matin, tous les fans de Marie-Mai n'avaient qu'un seul mot en bouche: «ENFIIIIIIN!» C’est dans l’enceinte du Centre Bell, entourée de ses nouveaux collaborateurs, que Marie-Mai nous avait donné rendez-vous pour nous faire sa grande annonce... son retour plus qu’attendu sous les feux des projecteurs! Nerveuse, émotive, ayant le coeur qui bat à 100 mille à l’heure, l’auteure-compositrice-interprète rayonnait de bonheur alors qu’elle nous présentait la chanson Empire, premier extrait d’un sixième album à paraître le 28 septembre prochain.

Après une éclipse momentanée, où elle en a profité pour connaître les joies de la maternité, et une absence sur disque de quatre ans, Marie-Mai effectue un retour en force sur la scène musicale. Entourée de sa petite Gigi (troooooooop cute avec sa lulu!) et de son amoureux David Laflèche, Marie-Mai était en famille pour ce grand dévoilement, qui nous apprenait d’ailleurs que la chanteuse poursuivra sa carrière avec le producteur de spectacles Evenko et le producteur et maison de disques Spectra Musique.

Évidemment, c’est avec bonheur que j’ai piqué une petite jasette avec elle!
 

Marie-Mai

Karine Paradis


«J’ai des souvenirs indécents
J’ai des désirs effervescents
Et des promesses à tenir
Un passé à laisser partir

J’ai un Empire à reconstruire
Des vides à remplir
Un nom à guérir
Un Empire à reconstruire
Je vois un monde dans mes décombres
»

Ta chanson Empire parle «d’un empire à reconstruire». Est-ce ce que tu as l’impression d’avoir tout perdu?

En fait, il est déjà pas mal reconstruit, mais au moment où j'ai écrit la chanson, oui, je sentais ça d'une certaine manière. Émotionnellement, en tant que personne, en tant que femme, en tant qu’auteure-compositrice, j’avais l’impression que j’étais devant un canevas de base… qui était blanc (rires)! Je me disais: «OMG! Par où commencer? Comment vais-je faire pour mettre mes couleurs là-dessus? Pour me réapproprier ce que je fais?» C’est venu avec un lot de remises en question et de doutes. Mais, à partir du moment où je suis entrée en studio et que j’ai commencé à écrire, c’est là que je me suis rebâtie. C’est là que j’ai approfondi mon discours, ce que j’avais envie d’exprimer, ce que j’avais envie de mettre de l’avant. C’est comme si pendant longtemps, j’avais accepté d’être la perception que les gens avaient de moi! Et c’est correct dans un sens, parce que je suis flamboyante et quand ta vie va à 100 mille à l’heure, tu ne te poses pas de questions et tu avances. C’est tout! Mais à un moment donné, tu t’essouffles et tu penses: «Je suis humaine, je fais des erreurs, je fais des bons coups, j’apprends, je grandis, j’ai 33 ans, j’ai un enfant, je veux être transparente, je veux me mettre de l’avant, je veux me choisir et non pas mettre ma job avant tout, et devenir un peu une version magnifiée de qui je suis présentement!»
 

Marie-Mai

Karine Paradis


Tu parles d’un nouveau discours dans ta nouvelle chanson. Quel est-il?

En fait, Empire a été un catalyseur. Elle a été la première toune que j’ai composée pour l’album. Je sentais que j’avais touché quelque chose, une corde sensible que je voulais approfondir. Mais après ça, on peut explorer et jouer avec ça longtemps, parce que toutes les décisions que j’ai prises dans les dernières années m’ont bouleversée, m’ont grandie, m’ont chamboulée. Et c’est important de le dire! Alors il y a Empire. Après ça, on monte l’escalier tranquillement… il y a ma confiance en soi. On monte, on se trouve, on a la confirmation d’un paquet d’affaires. Alors je te dirais qu’il y a comme 5-6 chansons sur l’album qui s’écoutent une à la suite de l’autre. C’est comme une histoire! Mon histoire.
 

Karine Paradis


Pourquoi qualifies-tu ce retour de renaissance?

La renaissance, en fait, elle se trouve dans toutes les décisions que j’ai prises depuis que j’ai décidé de prendre mes choses en main. Il y a eu un moment où j’étais seule… et j'ai dit: «OK. Parfait. Moi, je m’en vais». Je veux être au centre de mes affaires, je veux… pas avoir un pouvoir décisionnel, parce que j’ai quand même toujours décidé de ce que j’avais envie de faire, mais j’avais envie de m’exposer davantage. Donc, je vais prendre les décisions qui m’envoient dans cette direction-là! C’est sûr et certain que quand tu te ramasses toute seule, tu fais: «OMG! Est-ce que j’ai fait la bonne affaire?» Donc, à partir du moment où tu es toute seule et que tranquillement, tu vas chercher ton équipe, là, tu renais. Je n’ai jamais travaillé avec une équipe comme celle avec qui je travaille aujourd'hui. Ça va vite, c’est gros, c’est artistique. Je travaille avec des gens qui veulent peaufiner ce que je fais. Et moi, j’avais une équipe qui allait super bien avant, mais le côté artistique, de travailler avec quelqu'un qui veut mettre mes mots et ma musique de l’avant... ça, c'est nouveau pour moi. Je suis comme «WOW». C'est écœurant! On fait les choses différemment. Je me sens respectée dans mon univers, je sens que j'ai des outils différents. On me fait travailler avec des gens avec qui je n'aurais jamais travaillé dans le passé et c'est différent. Alors c'est là-dedans que tu te retrouves!
 

Marie-Mai

Karine Paradis


Qu'est-ce que la maternité t'a appris sur toi-même?

Après avoir passé 15 ans à vouloir plaire au public, à tout faire pour que le public m'aime... eh bien, aujourd’hui, c'est à elle que je veux plaire! Et... c'est à moi que je veux plaire! Je veux écouter mon coeur, je veux faire ce que je fais pour les bonnes raisons, et je veux qu'elle me regarde et qu'elle soit fière de moi. Et ça, ça me motive énormément de lui montrer un modèle de femme forte qui se fait confiance. La confiance, ça revient beaucoup! C'est drôle, mais c'est ça qui a été le plus ébranlé dans les deux dernières années. Je n'avais plus confiance en moi. Je ne savais même plus si j'avais encore envie de faire ça tellement j'avais été échaudée. J'avais l'impression que ma vie ne m'appartenait plus. Je lisais des trucs sur moi qui n'étaient même pas vrais... Et tout ça, quand tu vis ça, et que tu prends des décisions... et que tu te ramasses toute seule chez vous... tu te dis: «OK. Si je recommence ça, là, je me vais me pitcher à nouveau dans la gueule du loup»... Les critiques, ça, ça faisait peur! Alors la confiance, à un moment donné, je me suis rendue compte qu'elle était un peu cachée en dessous du tapis. Mais si tu te recentres et que tu te demandes pourquoi tu fais ça... tout change. Pour ma part, c'est parce que je veux que ma fille soit fière de moi et je veux juste être la meilleure version de moi-même!
 

Karine Paradis


Finalement, elle a aussi changé ta façon de créer en tant qu'artiste?

C'est sûr et certain! Je veux être transparente, et ça, c'est la grosse différence sur l'album. C'est de m'exposer. Je dis des choses, je parle de toutes les séparations que j'ai vécues, que ce soit en affaires, que ce soit dans ma vie personnelle... je parle. Je fais voir mon côté des choses. Parce qu'il y a un côté des choses qui a été vu, mais le mien vaut aussi la peine d'être exprimé et vaut la peine d'être entendu. Alors je suis hyper transparente et je trouve ça le fun. Et l'album n'est pas nécessairement dans la même veine qu’Empire. Empire, ça englobe bien ça, mais le disque en tant que tel va dans toutes les directions. Il y a des tounes qui sont hyyyypeeer planantes, et j'ai d'ailleurs fait une toune avec Ingrid St-Pierre, qui est hallucinante! Elle s'appelle Un pied dans la porte. Avec elle, j'ai fait quelque chose qui est unique! C'est écoeurant! C'est lourd! Mais c'est aérien en même temps! Il y a du piano, des gros synthés... Je n'ai jamais fait une chanson comme ça. Et après ça, il y a comme des chansons... je ne peux pas dire les titres, l'album sort quand même dans une couple de mois (rires)! On va dans tous les aspects de ce que j'aime, mais d'une façon très vaporeuse. Il y a plus de place aux paroles, à la voix... Il y a de la place pour l'intensité, pour l'émotion, mais on reconnaît ma plume. On reconnaît ma signature. Ça, je ne peux pas la renier; c'est qui je suis.
 

Karine Paradis


J’étais restée avec l'idée que tu travaillais avec ton chum, David Laflèche, pour ce nouvel album?

Non, mais en fait, t'sais... ça ne veut pas dire qu'il n'y aura pas une petite touche ici et là… Écoute, mon chum n'a même pas pensé à s'impliquer musicalement. Il sent que je suis vraiment bien entourée par les personnes avec qui je travaille en ce moment. Ça aurait été facile de retomber dans ce pattern-là. Mais il n'avait aucune envie de faire ça, et moi non plus. Et il a tellement plus à donner que «juste musicalement»... Lui, ça fait 25 ans qu’il est dans industrie; il connaît le métier, il connaît la politique dans notre industrie aussi. Alors il m'a aiguillée, il m'a aidée à prendre les bonnes décisions... que ce soit dans les discussions avec les avocats, toute la période de transition, de toutes les affaires plates.. Une chance qu'il était là (rires)! C'est un gars qui est brillant et j'aime ça collaborer avec lui!
 

Marie-Mai

Karine Paradis


Est-ce qu’il est aussi l'une de tes muses, comme ta fille Gigi?

Eh bien... Dans le sens que... c'est sûr qu'il m'inspire beaucoup, mais je... je protège ça beaucoup. Je n'ai plus envie d'exposer tout de ma vie, parce que j'ai vraiment été échaudée par ça et... à un moment donné, quand tu as l'impression que ta vie ne t'appartient plus, ce n'est pas le fun! Alors cet aspect-là de ma vie, pas que je le cache, parce que je ne tiens pas à cacher ça non plus, je suis heureuse et je le partage... il est là aujourd'hui et on ne s'empêche pas de prendre des photos ensemble, mais je suis quand même prudente (rires)!
 

Marie-Mai

Karine Paradis


Tu nous as présenté ton nouveau bébé au Centre Bell aujourd’hui... ici, c'est un peu ta maison! Tu en as tellement fait des shows ici! Tu vas d’ailleurs revenir en 2019, pourquoi une date aussi loin?

(Rires) Parce que c'est beaucoup de travail! Parce que présentement on termine l'album et on va continuer cet été. L'album sort en septembre et ensuite on part en promo. Ça vient vite là! Trois mois après, on fait un show! Tu comprends? C'est comme... tout tombe parfaitement! On sort un extrait maintenant, après il va y avoir un autre extrait dans les mois qui vont suivre... après ça, on sort l'album, on fait la promo, on fait le show. C'est une suite logique!
 

Marie-Mai

Karine Paradis


D'ici là, ça ressemble à quoi pour tes fans... As-tu des shows qui s'en viennent?

Je fais une couple d'apparitions cet été dans les shows de mes amis: je fais un show avec Marc Dupré et aussi avec les Porn Flakes... c'est malade! J'ai aussi très hâte de repartir en tournée! On commence avec ces gros événements-là, parce que je voulais qu'on tourne une page et je voulais faire quelque chose de cool qui représente bien l'album; je voulais donner le ton avec ces deux spectacles-là. Mais ce qui me manque le plus, c'est de faire des shows partout à travers le Québec. Ça fait 4 ans depuis ma dernière tournée! Alors j'ai hâte d'aller les rejoindre. Je veux faire toutes les salles que je faisais avant et je veux aller voir tout le monde. Je veux aller signer des autographes avec chaque personne après chaque show, comme je lai toujours fait. Je vous dis ça, mais peut-être qu'avec ma fille, je vais capoter ma vie. Mais je veux ressentir ce lien-là. Parce que ça a été une grosse partie de ce qui m'a motivé pendant 15 ans, ce lien-là avec le public. Et c'est ce que je n'ai pas eu depuis 2 ans!
 

Marie-Mai

Karine Paradis


Marie-Mai sera au Centre Bell le 15 février 2019 (en prévente dès maintenant) et au Centre Vidéotron le 2 mars 2019. 

La chanson Empire est disponible dès maintenant sur iTunes! Voici plus de photos de la conférence de presse:


Marie-Mai

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis
Marie-Mai

Karine Paradis

Ça vient d'arriver!