ENTREVUE: Les Trois Accords et leur «Joie d'être Gai»

C'est aujourd'hui que sort officiellement le cinquième disque de la formation Les Trois Accords. Intitulé Joie d'être Gai, le disque a la plus belle pochette de l'année... un ciel étoilé, un arc-en-ciel, une licorne et un dauphin. J'adore. 

«Joie d'être Gai, c'est tout ce que ça peut vouloir dire...» m'a avoué Simon Proulx, le sourire aux lèvres, le soir du lancement. «C'est volontairement un peu ambivalent, donc on ne savait pas comment les gens allaient réagir. Même dans notre entourage, certaines personnes disaient que ce n'était pas un problème et d'autres pensaient que c'était trop toutché. Dans le fond, c'est toujours ça dans notre univers, on ne sait jamais comment les gens vont le prendre.»

Si vous vous posez encore la question, oui, le disque parle d'homosexualité. Mais ne vous inquiétez pas, c'est fait dans le plus grand respect! «On voulait célébrer l'amour. Le but n'est vraiment pas de se moquer de la communauté homosexuelle,» m'a expliqué Simon Proulx, qui a écrit les paroles. «Je ne sais si c'est parce que c'est nous autres, mais ça a bien passé.»

Si on se rappelle les dernières aventures des Trois Accords, on suivait l'histoire d'amour entre le chanteur et la grand-mère d'Alexandre Parr, le guitariste. On allait loin, on se touchait même dans le parc... Donc est-ce que le groupe veut pousser l'esthétique du disque jusque dans sa tournée? Est-ce qu'il y aura des ballons roses partout dans les salles de spectacle et est-ce qu'il y aura une histoire d'amour dans les vidéoclips? «J'ai l'impression qu'on est sur la bonne voie,» m'a répondu Simon en éclatant de rire. «Ça dégénère vite avec nous.»

Joie d'être Gai est le troisième disque que Les Trois Accords font avec le duo de réalisateurs new yorkais Gus van Go et Werner F. Depuis qu'ils ont commencé cette collaboration sur le disque Dans mon Corps, le groupe ne cesse de nous épater musicalement. C'est plus travaillé, c'est plus léché et c'est assurément plus intéressant. Mais cette fois, c'est différent, c'est grunge. «On est devenu amis avec lui donc tout le monde s'implique avant même la création des chansons. Par exemple, pour ce disque, on se parle depuis quatre ans...» m'a expliqué Simon. «On a toujours voulu faire un disque avec de la distortion, quelque chose qui allait ressembler à l'univers de Weezer, mais les textes ne se prêtaient pas à ça. Joie d'être Gai est donc l'aboutissement d'une discussion qui a duré des années.»

«J'avoue que de chanter à tue-tête Joie d'être Gai avec des harmonies vocales pendant que l'on entend de la grosse distortion, c'est très satisfaisant,» m'a dit Simon pour conclure. «C'est comme un rêve!»

Joie d'être Gai est disponible en magasin et en téléchargement aujourd'hui

www.lestroisaccords.com

Commentaires

Ça vient d'arriver!