Hélène Florent dans Unité 9: «Je suis heureuse, en pleine forme et j’ai envie de travailler!»

L’arrivée de Macha Vallières à Lietteville a créé bien des remous... et pas juste en prison! Aux quatre coins du Québec aussi. Le personnage controversé joué par Hélène Florent, qui lève le voile pour l’une des rares fois au petit écran sur la pédophilie féminine, fait réagir bien des fans de la série… mais, aussi son interprète!

Hélène, ton nouveau personnage dans Unité 9 fait beaucoup jaser. Comment t'es-tu préparée à jouer l'un des personnages les plus controversés du petit écran?

Avant d’auditionner pour le rôle, j’ai un peu hésité... juste à lire la description du rôle et du personnage, c’était déjà bouleversant! Je me suis tout de suite demandée si on allait retourner dans le passé de Macha, s’il allait y avoir des flashbacks, parce que pour moi ça aurait été impossible à jouer. Je ne voulais pas aller là et de toute façon les gens ne veulent pas voir ça! Danielle Trottier m'a tout de suite rassurée en me disant qu'ils ne vont pas «là» à Unité 9, que oui c’est dur, mais il y a une limite! Ce qui intéresse l’auteure c’est la personne, comment ça va se passer en prison et comment elle va se transformer; c’est la suite qui intéresse, pas le passé nécessairement. C’était intéressant de savoir comment elle allait évoluer comme personnage! Évidemment, j’étais plus tranquille en sachant ça, car après avoir vu des épisodes d’Unité 9, on se rend compte qu’il y a un paquet de personnages mal-aimés dans la série; des personnages qui ont fait des trucs terribles mais que le public adore tout de même parce qu’ils sont capables de se dire qu'ils ont fait des choses affreuses, mais que la comédienne le livre tellement bien, ou encore le personnage était terrible au début mais a changé finalement. J’avais confiance, c’est une série qui marche bien et j’ai remarqué que le réalisateur dirige bien, et aussi à quel point les filles sont bonnes et ont des beaux personnages... je l’ai vu comme un cadeau le rôle de Macha! Quelque chose qui est si loin de moi, un genre aussi que je n’ai pas beaucoup fait, où les gens pourraient apprendre à me découvrir sous un angle différent. Je l’ai vu comme un défi d’actrice dans un contexte rassurant, car c’est une série qui existe depuis longtemps et qui est adorée par le public. Oui, je me jetais dans le vide pour un personnage qui avait commis l'impensable, mais dans un cadre solide. De cet angle, ce n’était pas si épeurant!
 

Facebook d'Unité 9


As-tu réussi à te tenir loin des réseaux sociaux après ta première apparition dans la série?

Oui! Mais, j’ai une page Facebook officielle et les messages que j’ai reçus sur cette dernière étaient super beaux! Au début, je ne savais pas ce que ça donnerait alors j’ai dit à l’auteure que je n’irais pas lire, car les gens s’emportent souvent sur les réseaux sociaux... Elle m’a dit qu’elle me ferait un compte-rendu et deux jours après la diffusion j’ai reçu un beau courriel. Maintenant, une semaine après la sortie, je vois les commentaires ressortir et les gens sont intelligents, ils disent: «Ahhhhh! Ton personnage je ne l’aime pas, mais vraiment bravo pour ce que tu as fait!» Qu’ils aiment ou non mon personnage, ce que je veux d’abord et avant tout c’est qu’ils aient envie d’en apprendre plus sur lui et de suivre la série, qu’ils veulent savoir qui est cette femme-là et qu’ils accrochent sur le personnage!

C’est un peu ton come-back à la télé depuis ta pause (elle a évité le burn-out de justesse)?

J’ai fait d’autres choses, mais ce n’était pas aussi gros! j’ai joué dans Au secours de Béatrice, Pour Sarah, Karl et Max… Les gens se disent que c’est un retour, c’est vrai avec un personnage si… c’est fracassant comme arrivée dans une série qui est très écoutée! Donc, les gens ont l’impression de se dire: «Ah! Elle revient»! Mais j’ai quand même gagné ma vie dans les deux dernières années où j’ai eu mon garçon Joseph. Je ne me suis pas retirée, c’est juste que je n’ai pas fait La Galère sur scène, ni District 31. C’est vrai que j’ai travaillé beaucoup moins, ça m’a fait du bien et j’ai aimé être avec mon garçon. 

Avec un personnage qui arrive comme ça, c’est vrai que ça fait un peu comme un retour, même si personnellement je n’ai pas l’impression d’avoir arrêté (rires). Je suis heureuse, je suis en pleine forme et j’ai envie de travailler! C’est une équipe formidable, les filles m’ont accueillie d’une super belle façon. L’énergie du plateau est fabuleuse, je ne sais pas si c’est parce qu’on joue des situations difficiles et lourdes, mais l’atmosphère est complètement l’inverse: il y a une belle camaraderie et c’est plein d’amour. Les filles sont très proches, c’est très chaleureux, c’est le fun et je suis pas mal chanceuse!

As-tu d’autres projets pour les prochains mois?

On peut me voir dans la nouvelle série La Dérape, sur Club Illico. Sinon, j’ai plusieurs choses qui planent… mais, puisque ce n’est pas si loin, je vais attendre pour en parler (sourire)!

Pssst! Hélène et son conjoint Danny Gilmore étaient sur le tapis rouge de la première du film Les scènes fortuites en janvier dernier.
 

Hélène Florent et Danny Gilmore

Karine Paradis

Ça vient d'arriver!