Influenceurs : «C’est plus facile présentement m’acheter une belle auto que d’avoir des vrais amis!»

Profession: influenceurs!

«Maman, quand je vais être grand, je veux être influenceur!» Eh oui, on est rendus là! Qui aurait cru, il y a quelques années, que le terme «influenceur», qui reste encore nébuleux pour plusieurs, allait devenir l’un des métiers les plus en vogue de notre ère. Un métier! Oui, oui. Depuis quelques années, les influenceurs web occupent une place de plus en plus importante, et possèdent une réelle influence sur ceux qui les suivent. Facebook, Snapchat, Twitter, Instagram, YouTube: ils ont leurs plateformes de prédilection sur lesquels ils façonnent, contrôlent et commercialisent leur image. Ils sont jeunes, riches, beaux et connus à travers le monde... Ils sont influenceurs et leur mode de vie en fait rêver plus d'un! Pour certains, être influenceur se résume à une «chick qui accepte pleins de produits pour se faire de l’argent»! Oui, ça existe.. mais ce n’est pas représentatif de toute la colonie!
 

Karine Paradis


Ce matin, on était invités à venir découvrir le premier épisode de la nouvelle série documentaire Influenceurs, qui s’intéressera à six vedettes du numérique âgées de 17 à 32 ans. La série de six épisodes mettra en lumière le quotidien d’Alicia Moffet, Marc Fitt, Stéphanie Harvey, Pony, Elisabeth Rioux et Gloria Bella, qui baignent dans des univers complètement différents et qui obtiennent tous du succès dans leur domaine respectif! Leur but? Inspirer! À travers la série, qui prendra vie sur VRAK dès le 28 novembre, ces jeunes entrepreneurs nous prouveront qu’être influenceur comporte son lot d’efforts et que, malgré les préjugés, ils pratiquent eux aussi un VRAI métier!

Explorer la vraie vie des influenceurs

Alicia Moffet

Karine Paradis


Depuis La Voix, le Québec est en amour avec Alicia! Si la chanteuse a récemment fondé sa compagnie de cosmétiques, Alicia Cosmetics, dont le site a reçu plus de 75 000 visites dès le premier jour, elle souhaite tout de même perçer à l'international en musique! Elle est suivie par 231 000 followers sur Instagram.

«Quelqu’un qui voudrait devenir influenceur, je lui dirais: attache ta tuque! Je me considère chanceuse, je ne voudrais faire rien d’autre dans la vie… quoi que l’un de mes plus grands rêves est d’être connue aux USA. Et vous allez voir la suite dans la série...»

On suivra Alicia à Los Angeles, où elle rencontrera des gens du milieu de la musique très connus qui lui proposeront de la signer comme artiste, en plus d'une agente qui la représentera là-bas!!! J'ai hâte d'en savoir plus.

Elisabeth Rioux
 

Karine Paradis


Elisabeth Rioux possède 1,3 millions de followers sur Instagram... c'est juste FOU dans la tête! Celle qu'on a l'habitude de voir en bikini sur le populaire réseau social promeut la diversité corporelle et l'acceptation de soi à travers sa compagnie Hoaka Swimwear, qui connaît un succès monstre auprès des jeunes femmes (la compagnie produit 6 000 maillots par semaine t'sais!). Elle voyage souvent pour entretenir ses réseaux sociaux qui constituent l’essentiel de sa stratégie marketing. Âgée de seulement 20 ans, la girlboss confie dans la série que ses publications Instagram varient entre 130 000 et 230 000 likes et qu'elle demande entre 10 et 12 000$ pour une publication payée. Ce n'est pas rien!

 «C’est plus facile présentement m’acheter une belle auto que d’avoir des vrais amis! (...) C’est la partie de ma vie la plus difficile! J’ai eu beaucoup de mauvaises expériences avec plein de gens… ça n’a pas marché parce que les gens étaient avec moi pour les mauvaises raisons. Tu as une carrière, tu as une belle vie, tu as beaucoup d’argent, mais tu ne t’entoures plus vraiment des bonnes personnes… C’est difficile de faire la part dans tout ça. C’est un peu pour ça qu’on devient tous amis les influenceurs, parce qu’on comprend ce qu’on vit.»

 «On pense que la fille mince se fait moins écoeurée, mais non! Comme je disais, je dois faire attention aux photos que je publie parce que les gens me traitent d’anorexique. Surtout quand tu es rendue à 1.3 millions d’abonnés, ils essaient le plus souvent de te prendre en défaut. Ils sont comme des paparazzis et essaient de te trouver des défauts. Je parle beaucoup de ça dans mes captions de photos: le public veut quelque chose, mais il demande autre chose!»

Pony
 

Karine Paradis


Gabrielle Laïla Tittley ou Pony est peintre, illustratrice, affichiste et artiste. Si tu ne la connais pas, va vite voir sa page Instagram ou son site... parce que ses illustrations sont FOLLES! Autodidacte, elle crée dans son atelier du Vieux-Montréal, et gère sa boutique virtuelle qui connaît un engouement croissant tant ici qu’à l’international. Le parcours de Pony est un peu différent des autres... car, elle ne cherche pas à être influenceuse. Elle l'est, tout simplement par la force des choses (parce qu'elle est géniale).

«On est tous dans des situations différentes, on a tous des cheminements différents, des histoires différentes. Personnellement, ce que je n’aime pas du terme influenceur, c’est que ça représente tout ce qui m’écœure de la société d’une certaine façon… que des personnes vont s’autoproclamer influenceurs parce qu’ils fitent dans un certain standard de beauté et que les compagnies vont leur envoyer des produits parce qu’ils sont cute et savent parler le langage des jeunes… Te donner de l’argent parce que tu es physiquement beau, c’est possiblement la chose qui m’écœure le plus et qui a aidé à perpétuer un mal-être en moi et plusieurs jeunes filles, j’imagine. Personnellement, j’ai eu du mal à gérer mon physique par le passé et ça c’est transposé par des troubles alimentaires, alors cette espèce de mentalité-là est un peu un pas à reculons. Mais bon, ici, en ce moment, on ne fait pas face à ça parce qu’on a devant nous des entrepreneurs inspirants et je trouve que ce sont des exemples à suivre pour les jeunes.»

Gloria Bella
 

Karine Paradis


Rêveuse, volubile et pétillante, Gloria est youtubeuse depuis l’âge de 11 ans. Aujourd’hui âgée de 17 ans, elle aborde plusieurs sujets (trucs beauté, relations amoureuses, coups de cœur) et livre des réflexions sur la vie dans ses vidéos. Dans la série, on la verra argumenter sur son dilemme numéro 1: est-ce qu'elle lâche l'école pour les réseaux sociaux? 

«J’ai été en camping une fois pendant une semaine et je n’ai pas du tout touché à mon téléphone. C’est la seule fois où ça m’est arrivé… où je me suis sentie comme une humaine normale! J’ai adoré ça, c’était probablement une des meilleures semaines de ma vie. Ce n’est pas que je n’aime pas les réseaux sociaux, mais j’ai pu me recentrer sur moi-même… on s’oublie beaucoup parce qu’on est toujours perçue à travers les autres. Là, j’étais juste Gloria, la fille qui est elle-même et qui ne passe pas son temps à faire des stories et vidéos

«Ayant grandi avec mes réseaux sociaux, le secondaire a été difficile au niveau du jugement des autres. Souvent, on m’a dit, puisque je suis blonde aux yeux bleus, et que je faisais plus des vidéos de maquillage quand j’étais jeune, on me disait que j’étais superficielle, nunuche et que je n’avais rien dans la tête. Ça m’a suivi tout le long du secondaire et ma confiance en a été minée. On dirait que j’ai toujours eu à me prouver à cause de ça, que oui, je suis quelqu’un qui a une tête sur les épaules, qui peut être profonde, qui a des choses à dire.»

«Tu n’es pas à la même place que tes amis dans la vie: ils s’en vont au cégep et toi tu t’interroges sur ton futur… Est-ce que j’ai besoin d’y aller? Est-ce que je vais prendre du retard par rapport à eux? Est-ce que c’est une décision intelligente de lâcher les études pour faire un métier où tu ne sais pas ce qui va arriver dans dix ans..
 

Marc Fitt (présentement en Thaïlande) et Stéphanie Harvey (présentement à Los Angeles) ne pouvaient être présents au visionnement!

D'ici le 28, je vous laisse sur quelques photos prises ce matin!
 

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Karine Paradis

Et ma préférée et non la moindre...

Karine Paradis

Commentaires

Ça vient d'arriver!