Marc-André Grondin acquitté pour conduite en état d’ébriété

Dans la nuit du 12 août 2017, le comédien Marc-André Grondin se faisait arrêter par la police alors qu'il se retrouvait à moins d'un kilomètre de chez lui après un souper entre amis qui s'est vite transformé en une soirée festive. Une fois rendu au poste, deux heures plus tard, les policiers ont remarqué que son résultat obtenu à l’éthylomètre affichait un taux d’alcoolémie de 0,091, soit un peu plus que la limite permise de 0,08.

Presqu'un an et demi plus tard, Marc-André a comparu en cour ce vendredi 7 décembre et il a été acquitté d’avoir conduit avec les capacités affaiblies: «Je n’ai jamais eu autant honte que ce soir-là. J’avais l’impression d’avoir failli à ma tâche de père», a avoué l’acteur, bouleversé pendant son procès.

C'était moins une pour le comédien de 34 ans, qui a réussi à gagner sa cause grâce à une «défense d’exception», surnommée la défense du dernier verre, et à sa forte crédibilité: tirée de l’arrêt Piuze, cette défense souhaite démontrer que le dernier verre ingéré pendant la soirée prend un certain délai avant de faire effet. Si on se fie au témoignage du comédien, Marc-André Grondin aurait englouti rapidement une dernière bière avant de quitter le bar où se déroulait son souper, après avoir bu du saké et du vin blanc plus tôt en soirée.

«Il aurait déjà été chez lui au moment de dépasser le taux. Donc, il a conduit en toute légalité», a confié l'avocat de la défense Marc-Antoine Carette, au Journal de Montréal.

Ps: WHAT! Marc-André est père??!
 

À découvrir aussi:

Ça vient d'arriver!