Anthony Kavanagh: des policiers lui ont fait subir du racisme systémique

Anthony Kavanagh s'est ouvert sur le racisme systémique qu'il a subi à plusieurs reprises avec des policiers, cette semaine en entrevue.

L'humoriste et chanteur était de passage à Sucré Salé jeudi soir. 

L'animateur de l'émission, Patrice Bélanger, a parlé de Black Lives Matter avec Anthony Kavanagh et lui a demandé comment il voyait et vivait ce mouvement important. 

C'est à ce moment que la star a raconté avoir été souvent la cible de racisme systémique de la part des autorités :

« J'ai beaucoup aimé une citation, un truc que Will Smith a dit : ''On n'est pas plus racistes. Maintenant, c'est juste filmé. Au début quand j’ai commencé, je me souviendrai toujours, je me faisais arrêter une fois par mois par les policiers. Un Noir dans une belle voiture, c’est suspect. Sous aucun prétexte. Une autre fois qui m’a marqué, à deux blocs à côté d’ici, un policier m'arrête, je me mets sur le côté. Il est derrière moi et il est seul dans sa voiture. Et là, je le vois et je me dis, "Il a l'air un peu bizarre." Il sort de sa voiture et je vois qu'il a l'air nerveux. J'ai les mains sur le volant. Je baisse la fenêtre et je dis : ''J'ai les mains sur le volant, j'ai les mains sur le volant''. Je le vois arriver et il met sa main sur son pistolet et il le sort le pistolet à moitié. Il y avait déjà deux gars qui venaient de se faire tuer, des Noirs, et moi je flippais dans ma voiture. Je répétais, "J’ai les mains sur le volant, j’ai les mains sur le volant! Vous voyez?" Je lui ai demandé "Pourquoi tu sors ton gun?" [...] Je me suis dit, il peut me tirer là, et il n’y a personne, pas de témoin. Il était 1 heure du matin. »

Anthony Kavanagh a continué en disant que la première chose à faire pour lutter contre le racisme systémique, c’est de montrer le vrai visage du Québec d’aujourd’hui dans les médias.

Il conclut en confiant qu’il n’y a pas une journée, dans sa vie, où « on ne lui a pas rappelé qu’il était un peu différent ». 

 

Vous aimerez aussi: