Olivier Primeau a perdu plus d'un million de dollars en 2020

Ce n'est pas un secret: la pandémie a fait mal au portefeuille de plusieurs Québécois depuis l'an dernier!

Touché de plein fouet par la crise de la COVID-19, le secteur événementiel a durement encaissé et plusieurs entrepreneurs et travailleurs autonomes ont dû se réinventer, tout en faisant face à d'énormes pertes de revenus...
 

Instagram Olivier Primeau
 

Parmi ceux qui ont été durement touchés par la crise, on retrouve Olivier Primeau. Eh oui, on apprend aujourd'hui dans le Journal de Montréal que l'entrepreneur a perdu plus d'un million de dollars en 2020 et que la pandémie a fait mal à plusieurs de ses entreprises, dont le Beach Club de Pointe-Calumet et son festival de musique Métro Métro à Montréal.

«En ce moment, c’est très difficile monétairement. [...] L’événementiel c’est un luxe pur et dur. Peut-être que ça va repartir, mais j’ai vraiment hâte de voir quand», a confié Olivier Primeau, confirmant du même coup que 7 ou 8 de ses fournisseurs étaient en attente d'un paiement présentement.

L'ex-conseiller de XOXO avoue qu'il dort très mal depuis qu'il a pris les rênes du Beach Club. D'ailleurs, avant la pandémie, l'entrepreneur commençait tout juste à faire des profits avec sa compagnie, après avoir subi de lourdes pertes dans les premières années. Ça, c'est sans parler de l'annulation du festival Métro Métro, qui a causé un trou d'un million de dollars dans son budget. Olivier avoue qu'il a peu d'espoir pour l'année 2021 pour le secteur de l'événementiel et qu'il a même déjà fait une croix sur cette année...
 


Malgré tout, Olivier Primeau ne met pas de côté son train de vie luxueux sur les réseaux sociaux et cela est mal perçu par ses fournisseurs, qui attendent toujours de voir la couleur de leur argent. Ses promenades en Ferrari sont d'ailleurs vues d'un mauvais oeil...

«L’image que je projette sur les réseaux sociaux est une image très actuelle, très 2021. Mais ceux qui sont en business comprennent que c’est pas parce que tu as des dizaines de millions de chiffre d’affaires que tu fais des dizaines de millions de profits. Il y a une différence entre se payer une Ferrari pis se promener en yacht. Surtout que je suis commandité pour mes autos, fait que je ne les paye même pas!»
 


Dans les dernières semaines, Olivier Primeau s'est retrouvé dans l'eau chaude et s'est attiré les foudres du milieu culturel en publiant une petite annonce où il mentionnait chercher de nouveaux chroniqueurs pour son site Web qu'il souhaitait payer 5$/l'article!
 

Vous aimerez aussi: