Ricardo demande un prêt de 2 millions de dollars au gouvernement québécois

L'empire culinaire de Ricardo a souffert lors de l'année 2019, qui a particulièrement été vorace pour l'entreprise de Ricardo Média.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

« Pour faciliter votre temps des fêtes et vous permettre de passer plus de temps autour de la table, je lance deux nouvelles éditions spéciales des sauces à cuisson RICARDO : ragoût traditionnel ainsi que canneberges et orange! Disponibles quand? Dès maintenant, en exclusivité chez @igaqc, dans les boutiques RICARDO et dans ma boutique en ligne. » - Ricardo (Lien dans la bio pour vous les procurer) // "To help you spend more time with your loved ones around the dinner table this holiday season, I'm launching two new limited edition RICARDO cooking sauces: cranberry-orange and traditional stew! When will they be available? As of now, exclusively at @igaqc, in RICARDO boutiques and on my online store." – Ricardo (Link in the bio to order them) #ricardocuisine #boutiquericardo

Une publication partagée par RICARDO (@ricardocuisine) le


Aujourd'hui, on apprend que Ricardo Larrivée souhaite obtenir un prêt de deux millions de dollars du gouvernement québécois pour refaire le site web de son entreprise, ainsi que pour développer une application et engager du personnel.

«Ce financement servira à du développement technologique et de l’embauche de personnel», peut-on lire dans le mandat de lobbyiste de Brigitte Coutu (sa femme et partenaire d'affaires), publié avant Noël au Registre des lobbyistes, rapporte TVA Nouvelles.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

« En ce matin de Noël, nous sommes habillés en mou dans notre faux chalet (une pièce décorée rustique dans notre sous-sol) et nous sommes des plus reconnaissants pour notre vie et d’avoir la santé. On regarde tout le chemin parcouru cette année à vos côtés et on se sent choyés d'avoir un public aussi fidèle et toujours prêt à embarquer dans nos projets les plus fous. Grâce à toute la grande famille RICARDO, 217 employés que vous côtoyez dans nos boutiques et restaurants, mais aussi qui travaillent dans l’ombre pour le magazine, le web, les accessoires de cuisine et les produits alimentaires, les finances, les ressources humaines, le marketing, le design, tout cela est possible. Nous souhaitons vous redonner l'amour que vous nous donnez à longueur d'année et vous dire MERCI d'être entré dans nos vies. Joyeux Noël et bon repas des fêtes! » – Brigitte et Ricardo // "On this Christmas morning, we are dressed comfortably in our fake cottage (a rustic decorated room in our basement) and we are more than grateful for our life and our health. When we look back at all that we have accomplished this year by your side, we feel so lucky to have such a loyal community that is always willing to embark on our wildest projects with us. This is all possible thanks to the whole RICARDO family of 217 employees that work in our boutiques and restaurants, for our magazine, kitchen accessories and food products, as well as our finance, human resources, digital, marketing and design teams. We love you more than words can say, and we want to say THANK YOU for being a part of our family. Merry Christmas to all and may your holiday feasts be delicious!" – Brigitte et Ricardo

Une publication partagée par RICARDO (@ricardocuisine) le


L'empire du chef adoré des Québécois comporte pas moins de 200 employés qui font rouler ses magazines, son site web, ses livres, émissions de télé, boutiques, accessoires de cuisine, cafés-restaurants, comptoirs de prêt-à-manger et produits alimentaires.  

Par le passé, le couple a aussi reçu une aide financière de 584 366 $ de Patrimoine Canada pour contribuer à soutenir leur PME de St-Lambert.
 

 

En décembre dernier, Ricardo confiait que la crise des médias avait fait mal à son entreprise et qu'il avait connu une année financière en dents de scie.

«On a perdu à peu près 45% de nos revenus médias en deux ans, à cause des GAFA. Jamais j’ai reçu autant de prix, mais jamais ça a été aussi difficile, jamais on a été autant en péril. Si y’avait pas les sauces Ricardo dans les IGA, ça serait déjà ferméOn doit donc diversifier nos sources de revenus car on ne peut plus dépendre juste des médias. En ce moment, on est 50% média et 50% commercial (restaurants, accessoires de cuisine, produits alimentaires…), mais éventuellement le média va représenter 10% – et faut pas que ce soit plus, car je ne vois pas d’autres solutions à court terme!», disait-il en entrevue pour le Voir.

On lui souhaite le meilleur pour la suite des choses!
 

Vous aimerez aussi: