Rosalie Vaillancourt réagit aux excuses de Julien Lacroix

Julien Lacroix est revenu sur les réseaux sociaux, hier, après 6 mois de silence. 

Dans un long texte sur ses comptes Facebook et Instagram, l'humoriste revient sur les événements des derniers mois, admet avoir des problèmes de consommation et présente ses excuses.

Rosalie Vaillancourt, qui était auparavant amie avec Julien Lacroix, a réagi aux excuses de ce dernier et doute des intentions réelles derrière son message : 

« J’ai pas envie de faire dans l’humour ce soir. J’haïs être sérieuse, mais là je suis trop mal à l’aise et triste.

J’ai lu ses excuses les mains moites. Ça fait seulement 6 mois. C’est encore la chose qu’on me parle le plus dans mes entrevues…

Julien c’était mon ami. On travaillait ensemble. J’ai dénoncé un ami, pas pour dénoncer un acte isolé dont j’ai été témoin, mais dans l’espoir de voir un changement de culture.

Il n’y a pas vraiment de changements si 6 mois après un article béton, quelqu’un arrive avec des excuses sur les médias sociaux et se fait donner autant d'exposure. Journaux, partages, likes.

*je ne crois pas que les gens ne peuvent pas avoir de deuxième chance. Je crois en la réhabilitation.*

J’ai bon espoir que les gens s’améliorent.

Cependant, c’est tellement précipité et je vous avoue que j’ai de la difficulté à voir qu’il a fait du chemin auprès des victimes.

Là on parle d’années de violence. Des adolescentes qui ont fini leur maîtrise cette année et qui ont encore sa présence en tête. Elles ont été tellement marquées qu'elles ont décidé, 10 ans plus tard, de parler au Devoir. Et toi, en 6 mois…?

Il manque un jeu de proportion là.

Je suis de bonne foi. J’ai bon espoir dans la vie. Je suis pour la rédemption. Mais en ce moment ça me semble être un message formaté. Un message écrit par des professionnels de l’image.

C’est de bonnes excuses Julien mais il manque des mots dans tes excuses:

Viols, violences physiques, violences sexuelles, violences psychologiques, agressions, harcèlement.

À quel point la maladie de l’alcoolisme peut évacuer les violences sexuelles ET la mémoire collective!?

Honnêtement, depuis août, j’ai perdu espoir en mon milieu. Des rumeurs comme quoi il travaille avec une boite de production en ce moment à revenir et ce depuis longtemps, sont assez inquiétantes.

Un bel agenda:

6 mois après l’article, on fait des excuses. La veille, petit changement de photo de profil.

Dans 6 mois; ta première entrevue.

Dans un an; ton show où tu nous feras bien rire sur ta désintox.

C’est tellement vulgaire et en même temps réaliste.

Derrière chaque mot pesé, il a tâté le terrain pour son retour.

Et le terrain c’est quoi?

Il y a beaucoup de monde que ça dérange moins de voir souffrir 9 femmes (sans compter celles qui n’ont pas voulu parler publiquement) que de revoir Julien.

Une question aux artistes que je connais très bien et qui ont liké la publication de Julien:

Auriez-vous liké cette publication si c’était votre fille qui avait été violée, agressée ou simplement embrassée de force 6 mois après l’avoir appris dans les journaux? Auriez-vous vraiment liké des excuses de quelqu’un qui évacue les violences sexuelles avec comme excuse: “les démons intérieurs”?

Je ne m’acharne pas sur son cas, je ne veux pas en faire un martyr, je souhaite un changement de culture dans le milieu artistique, médiatique et culturel. Je veux juste qu’on fasse preuve de prudence et de transparence.

Sur ce, je vais continuer de vous faire rire en essayant d’oublier à quel point ce milieu là est fake. »



Rappelons que Julien Lacroix a été largué par son agence en juillet dernier après qu'il ait été visé par des allégations d'agressions et d'inconduites sexuelles. Dans un reportage publié par Le Devoir, neuf femmes racontaient avoir été victimes d'agressions ou d'inconduites sexuelles de la part de Julien Lacroix.

L'ancienne amoureuse de l'humoriste, Geneviève Morin, a aussi réagi à son message d'excuses. Lisez sa déclaration ici.

Rappelons que cette dernière, qui l'a fréquenté de 2013 à 2019, avait affirmé au Devoir qu’elle aurait été agressée après leur rupture.

« Il m’a agressée sexuellement. Je lui ai dit “non, arrête” et, malgré ça, il a continué. Je pleurais, mais il a fait ce qu’il avait à faire et quand il a eu terminé, il a remis ses pantalons et m’a dit “arrête de pleurer, tu ne sais pas à quel point je t’aime” et il est parti . »

Karine Paradis


Vous aimerez aussi