ENTREVUE: Alexandre Barrette dévoile tout sur la 3e saison de Roast Battle: le grand duel

La troisième saison de Roast Battle : le grand duel commence en ce jeudi soir 28 janvier à Z! 

Encore une fois cet hiver, on pourra voir des humoristes et personnalités s'affronter dans une joute verbale sans merci. Le but : déterminer qui est le plus drôle en se moquant de son adversaire. Chaque épisode mettra en vedette deux juges invités et le juge en chef, Sébastien Dubé qu'on appelle aussi le Denis Drolet barbu.

Afin d'en savoir plus sur ce qui nous attend cette saison à Roast Battle : le grand duel, on s'est entretenu avec l'animateur de l'émission, Alexandre Barrette.

Alexandre Barrette/ Roast Battle : le grand duel, Bell Média

Alexandre Barrette/ Roast Battle : le grand duel, Bell Média

La grande première de la saison 3 de Roast Battle : le grand duel sera présentée ce soir, es-tu énervé?

« Je suis excité, mais pas trop stressé! Moi j'anime, je n'ai pas le mandat qui est le plus dur là-dedans. Je suis excité parce que je trouve la saison 3 très bonne, j'ai hâte que les gens qui sont fans de l'émission puissent la voir parce que la trouve vraiment bonne! J'étais un peu sceptique de faire une troisième saison, au départ, je me demandais si on avait assez de concurrents qui voulaient le faire et si on avait fait le tour. J'ai peur, parfois, parce qu'avec d'anciens projets télé, j'ai peut-être un peu trop étiré longtemps... 

Je trouvais que les deux premières saisons étaient bonnes et j'avais un peu peur de gâcher la patente d'en faire une troisième, qui pourrait être de trop, et finalement non! Je trouve que les invités étaient super bons, avec de bons gags! Malgré la COVID-19 et un contexte public un peu diminué, on a eu une couple de bonnes idées et ça fait sympathique et ça va avec l'essence de cette émission qui est sans prétention et un peu trash. Je suis super content et j'ai hâte de voir la nouvelle saison! » 

 

Comment abordes-tu ton rôle d'animateur à Roast Battle : le grand duel ?

« Je me vois plus comme un humoriste qu'un animateur dans ce contexte-ci. Pour moi, à la base, des shows de roasts, ce sont des shows d'humour. Donc cette émission, je la vois plus comme une captation d'un show sur scène qu'un show de télé! Oui, c'est sûr que j'anime et que j'ai des contraintes de temps, avec une régisseuse et des formalités de télévision, mais outre cela, je vois davantage ce projet comme une captation d'un show sur scène! » 

Est-ce qu’il y a une pression dans le fait d’animer un show d’humour, en tant qu'humoriste, entouré de tonnes d'autres humoristes? 

« Pas tant que ça, parce que, disons dans les concours comme Le prochain stand-up l'automne dernier ou à l'époque, En route vers mon premier gala, c'est de l'humour, mais ce sont de vrais concours avec de vrais enjeux. Avec des prix comme la possibilité de faire un gala Juste pour rire et tout ça. Nous, à Roast Battle : le grand duel, c'est à la bonne franquette! Les gens ne se prennent pas au sérieux! Gagner Roast Battle ne va rien changer dans ta vie! Les humoristes viennent et se retrouvent dans une vraie ambiance de franche camaraderie. Sur scène, dans les loges, après le show... Les gens se reparlent, reviennent sur leurs gags, et rient encore. On ne se prend zéro au sérieux! Même entre moi et les humoristes qui participent, ou moi et les juges, c'est comme ça! Un exemple, je ne sais pas ce qui a été gardé au montage, mais, il y a une très longue prise de becs entre Pierre Hébert et moi cette saison. Il est venu à chacune des trois saisons, je l'apprécie beaucoup. Et cette saison-ci, on s'est beaucoup écoeurés, on se piquait sur tous les aspects de nos carrières et après, il n'y a aucune animosité! On se rejasait dans les loges par la suite et se disait 'C'est tellement drôle mon gars, tu es allé jusque-là!' Pour moi, c'est une émission qui ne se prend pas au sérieux, donc ce n'est pas stressant, le but c'est de faire un bon show, que ce soit drôle et que les gens qui regardent trouvent ça drôle. Il n'y a aucun autre enjeu que de tenter de faire rire les gens qui vont regarder ça! » 

À travers les humoristes qui s'affrontent à Roast Battle : le grand duel, on retrouve des personnalités qui se sont pas nécessairement humoristes dans la vie. Est-ce qu'il arrive que vous vous sentiez mal devant un duel corrosif mal balancé? Que vous ayez l’impression qu’une blague va un peu trop loin? 

« À la base, les gens qui viennent à l'émission sont consentants. Ce n'est pas comme un chevreuil sur l'autoroute qui ne sait pas ce qui se passe! (rires) Il y a des demandes, souvent, qui viennent directement des artistes qui veulent faire Roast Battle : le grand duel! Je pense à Anaïs Favron, qui n'est pas une humoriste de stand-up, qui voulait le faire dans une saison précédente. C'est la même chose pour Jean-Philippe Wauthier qui voulait participer... Donc non, il n'y a pas de malaise! Ils savent dans quoi ils s'embarquent. C'est un show de roasts! Il va y avoir des gags grinçants, un peu plus corrosifs, ça va égratigner. Ça serait plate que ça ne soit pas ça, la mission ne serait pas réussie! Je pense que 99% des gens qui ont participé à l’émission sont partis de là zens et contents malgré tout! » 

Bell Média/Page Facebook d'Alexandre Barrette

Il y a des personnalités qui reviennent, d’autres qui feront leur début à Roast Battle : le grand duel... As-tu eu des surprises pendant le tournage de la saison 3? 

« Il y a toujours de belles surprises! Autant agréables ou à l'inverse, quelqu'un envers qui tu avais tellement d'attentes et qu'au final tu te dis 'Ah non, ce n'était pas à la hauteur!' Cette saison-ci, Jo Cormier a été une belle surprise. Je le connaissais depuis longtemps, mais pas dans le contexte d'un roast. Je ne savais donc pas à quoi m'attendre. Et ça a été un de mes coups de coeur de la saison! Il m'a fait rire fort, souvent! 

Richardson Zéphir, c'est un humoriste que je connais, que je côtoie et avec qui je fais des shows depuis plus de dix ans, mais je ne le voyais pas nécessairement dans un contexte de roast. Et il a été super bon! Charles Deschamps a été très, très fort, mais ça, tu vois, je m'en attendais. C'est un gars qui aime ce type d'humour et c'est un bon auteur. 

Pierre Brassard a été... c'était très spécial! Ça donne un show dans un autre angle, et le fait qu'il accepte de se prêter au jeu, j'ai adoré ça! »

Alexandre Barrette, Charles Deschamps et Valérie Roberts/Roast Battle : le grand duel, Bell Média

Les tournages se déroulent dans la même semaine ou à peu près. À quoi ça ressemble sur le plateau, en coulisses?

« Cette année, en raison de la COVID-19, on ne pouvait pas avoir le même public qu'à l'habitude. On a donc placé des mannequins en plastique à travers les spectateurs. On s'est dit que ça allait avec le côté déjanté de l'émission. On ne se prend pas au sérieux, c'est un peu trash, un peu n'importe quoi... Je trouvais donc ça cool d'avoir une couple de mannequins en plastique, assis à table, qui boivent un verre. On leur a servi des verres, ils sont habillés par une styliste... Je trouvais ça cool! 

C'est sûr qu'on a eu moins de temps de coulisses en raison des restrictions mises en place pendant la pandémie. C'est tourné au Théâtre Plaza à Montréal et habituellement, tout le monde restait après l'émission pour prendre un verre. Donc cette année, on n'a pas pu rester et jaser longtemps après le tournage. Malgré tout, ça a été super le fun à faire encore cette saison! »

Richardson Zéphir et Alex Perron / Roast Battle : le grand duel, Bell Média

Les juges donnent évidemment leur avis sur les duels pendant l’émission mais toi, personnellement, qu’est-ce qui te fait le plus rire pendant les duels? 

« Un bon gag, peu importe le sujet, peu importe le style, c'est de la musique à mes oreilles! Un bon gag bien écrit! Dans un contexte de duel comme à Roast Battle, si le gag n'est pas bon, on dirait qu'il ne reste que la méchanceté. Si le gag est super bien écrit et qu'il est bon, on oublie la méchanceté ou elle est moins évidente. Si le gag est faible et que la personne dit juste une saloperie, on se dit 'Voyons, c'est un règlement de compte! La preuve, il n'y avait même pas de gag, il voulait juste dire telle affaire!' Mais si c'est un bon gag, la méchanceté devient seulement le sujet. Tous les bons gags bien écrits cette année m'ont fait rire. Les gens qui vont loin, ça me fait rire. Les gens qui vont plus loin que là où je serais game d'aller, ça me fait rire, parce que je me dis 'Moi, je n'oserais jamais aller là, mais je trouve ça drôle qu'il ose le faire!' J'aime aussi les gens qui encaissent bien les gags. Je te parlais de Richardson Zéphir tantôt, il est en duel avec Alex Perron dans la saison 3. Ce sont deux gars qu'on ne voit pas nécessairement dans un roast, mais qui sont tellement de bons rieurs qu'il n'y a pas de malaise, pas de méchanceté! Les deux sont des bons rieurs et rient de façon honnête et sincère du gag de l'autre. Ça, ça me fait rire et j'aime ça!  »

En terminant, j'ai demandé à Alexandre Barrette qui il rêverait d'affronter en duel humoristique. Il m'a répondu qu'il avait réalisé ce souhait à la fin de la première saison de Roast Battle : le grand duel en faisant un duel avec Mike Ward, un humoriste qui va toujours plus loin et qui « n'a pas d'âme »! Vous pouvez revoir cet hilarant roast sur Crave. Sinon, Alexandre Barrette aimerait bien affronter Martin Matte pour son côté faussement prétentieux!

Ne manquez pas Roast Battle : le grand duel le jeudi à 21h à Z dès ce soir! 

Psssttt..! Maripier Morin devait faire partie des invités cette saison. Elle a cependant été écartée du projet suite à la controverse de l'été dernier

 

Vous aimerez aussi: