ENTREVUE: André Ducharme de retour avec Un souper presque parfait cet automne!

Un souper presque parfait sera officiellement de retour cet automne à V! 

Comme il serait impossible de réunir cinq inconnus autour d'une table chaque semaine avec les mesures d'hygiène et de distanciation sociale recommandées pendant la pandémie, on aura droit à une toute nouvelle mouture.

André Ducharme et son équipe nous présenteront une saison complète des meilleurs (et des pires!) moments de l'émission!

Afin d'en savoir plus, on s'est entretenus avec le célèbre narrateur d'Un souper presque parfait.

André Ducharme, Un souper presque parfait

V

André Ducharme, tu reviens à l’animation d’Un souper presque parfait cet automne pour une nouvelle saison!

Cette fois-ci, en raison de la COVID-19, vous présenterez les meilleurs moments de l'émission. À quoi peut-on s’attendre ? 

« L’idée derrière ça, quand on a commencé à travailler là-dessus, c’est de faire en sorte que ça ne ressemble à rien qu’on connaisse. C’est-à-dire que chaque émission sera différente. Par exemple, on décide que le lundi, on fait un portrait de Vianney, qui est le participant qui a fait le plus de semaines d’Un souper presque parfait, qui a peut-être fait le meilleur repas qui ait jamais été fait. Ça veut dire que ce soir-là, l’émission est consacrée à Vianney, on fait un retour sur tout ce qu’il a fait, on montre ses préparations, on montre les réactions des gens quand ils ont goûté à ses plats, on montre ses répliques les plus assassines parce que c’est quelqu’un qui a beaucoup de répartie. Et on fait une entrevue à la fin pour voir ce qu’il est devenu. Ça, c’est une émission!

Le lendemain, ça peut être, les 10 plats les moins réussis, suivi de participants qui ont de la misère à dire "tiramisu" et qui disent "tire à Mitsou" à la place, suivi des plus grosses gaffes. Donc chaque émission va être différente! Et il y aura des entrevues avec des participants, avec des membres de l’équipe, qui vont expliquer certaines situations et des trucs qui sont arrivés. »

 

C’est un travail colossal, tant au niveau des archives qu’à la recherche, pour trouver toutes les thématiques, si l’on compare à une saison habituelle...

« Oui! Comme, il y a 10 ans, quand on a commencé, on n’a pas pensé qu’un jour on ferait  ce genre de saison, on n’a rien répertorié en cours de route!

Moi, évidemment,  j’ai vu tous les épisodes. Anicée Ouellet, qui est la productrice de l’émission maintenant, a commencé comme assistante-réalisatrice il y a 10 ans, elle a vu aussi presque tous les épisodes et en a réalisé beaucoup. On est allés chercher des réalisatrices qui étaient là depuis le début donc ce sont leurs épisodes, elles se rappellent de beaucoup de choses.

Et moi, ce que j’ai fait de mon côté (parce qu’on ne voulait pas regarder tous les épisodes, on serait encore en train de regarder la troisième semaine), j’ai relu tous mes textes de narration. Et en relisant ces textes, j’étais capable de me rappeler des épisodes et des détails de ces épisodes et j’entrais tout ça dans un énorme fichier Excel. Et c’est là-dedans que les monteurs et les monteuses vont fouiller quand ils ont besoin de quelque chose. S’ils ont besoin, par exemple, d’électroménagers qui ne fonctionnent pas, s’ils tapent les mots-clés en lien avec ça, ils vont trouver tout ce qui ne fonctionne pas et vont pouvoir monter quelque chose à partir de ça. C’est ce genre de travail qu’on fait! »

Comme il n’y aura plus de « dialogue » avec les participants ni de présentations officielles, comment vas-tu adapter le ton pour présenter les meilleurs moments?

« En fait, les commentaires originaux vont parfois être encore là. Par exemple, si l'ont montre Vianney qui fait de la cuisine moléculaire, si l’on voit son segment préparation, même si on le resserre un peu en montage, on va quand même pouvoir entendre mon interaction originale.

Moi, en plus de ça, je vais faire de la présentation, en début de bloc, début de segment, retour de segment. Parfois, en plein milieu, je peux arriver et commenter. La différence, c’est qu’au lieu de parler dans l’absolu, je parle au public. C’est un ton qui est un peu différent, quand même. C’est le André d’aujourd’hui qui vous parle et de temps en temps on entend le André d’il y a 3 ans par exemple. C’est là, la différence. Je vais davantage raconter, être en mode anecdote et présentation plutôt qu’en mode narration. »

Page Facebook d'Un souper presque parfait / V

Si l’on faisait l’épisode : les moments favoris d’André Ducharme à Un souper presque parfait, ça ressemblerait à quoi? Qu’est-ce qui te fait le plus rire et te fascine le plus à l’émission?

« Les gaffes, évidemment, me font rire, mais en même temps, les repas impressionnants... m’impressionnent! Je suis le téléspectateur numéro un de cette émission-là. Je l’aime autant pour les repas hallucinants que pour les gaffes,  parce qu’il y en a beaucoup, que pour les malaises! Un truc qui me fait beaucoup rire, c’est lorsque les participants se trompent en voulant dire un mot. Tu sais, un participant qui dit "Prosse-cuit-tôt" au lieu de dire "prosciutto", ça me fait vraiment rire! Et je m’amuse beaucoup avec ça en narration, chaque fois que ça arrive! Les participants qui disent UNE pétoncle au lieu d’UN pétoncle, c’est rendu qu’en narration, lorsque ça arrive, je me fâche! C’est le genre d’affaire qui me fait rire! 

Mais j’aime tout de cette émission-là! J’aime quand les participants deviennent des amis, parce que ça arrive! Je te dirais que les seuls moments où j’ai un problème, c’est lorsque des participants sont mal intentionnés. J’ai plus de difficulté avec ça, mais j’accepte que ça existe, que ça arrive et qu’on le montre, parce qu’on est en télé-réalité. Il faut montrer ce qui arrive. On ne le minimise pas, on ne fait pas semblant que ce n’est pas arrivé. Si ça arrive, ça arrive et on vit avec. »

André Ducharme, Un souper presque parfait

V

Avec l’arrivée des meilleurs moments d’Un souper presque parfait, vous effectuez un retour dans le temps. En 10 ans, qu’est-ce qui t’a le plus marqué?

« Je te dirais que ce je retiens, surtout, c’est le côté humain de cette émission. Oui, les gens cuisinent, certains réussissent, certains ne réussissent pas. Mais ce que je trouve le plus intéressant à observer, c’est la façon dont les gens se comportent. La façon dont les gens vivent les interactions. Il y a des participants qui arrivent le lundi et ils sont convaincus qu’ils vont gagner, qu’ils sont ben, ben, ben hot! Et soit qu’ils se rendent compte au bout de deux jours qu’il y a quelqu’un qui est plus hot qu’eux, et là ils réagissent à ça négativement ou ils disent ‘Ben coudonc, bravo!’, ou soit qu’au moment de préparer leur repas, ils se rendent compte que c’est beaucoup plus difficile qu’ils ne le pensent et ils se défont en chemin. Il y a de très très bons cooks qui se sont plantés parce qu’ils ont mis la barre beaucoup trop haut! Ils auraient dû gagner, mais ils se sont rendu compte de leurs faiblesses ou de leur fragilité. Ça, j’aime ça! Le côté humain! 

Le fait que cinq personnes qui ne se connaissent pas le lundi, rendues au vendredi, elles ont établi des rapports entre elles qui peuvent être négatifs, ça arrive, mais qui peuvent aussi être des rapports excessivement positifs! Il y a des gens qui sont devenus de très grands amis parce qu’ils se sont rencontrés à Un souper presque parfait. Il y a des gens qui sont devenus des couples! Il y a des vies qui ont changé à cause de cette émission et c’est ça que je retiens! Ce n’est pas nécessairement ce qu’on voit, parfois, c’est ce qui arrive après. La suite de ça! 

Au-delà de tout ce qui a pu arriver, au-delà de la soupe à la tortue, du kangourou, du feu dans les armoires, c’est le côté humain que je retiens! »

On retrouve André Ducharme à Un souper presque parfait cet automne à V! 

 

Vous aimerez aussi: