Prix Gémeaux 2020 : Véronique Cloutier confirme qu’il y aura bel et bien un gala!

Pandémie, pas pandémie, notre Véro nationale a toujours des projets plein la tête et à ras bord de son agenda! La sympathique animatrice a toutefois pris une petite pause de femme d’affaires confinée pour jaser de ses projets avec Émilie Gagné et Jerry Castonguay à On est tous debout Rimouski. En entrevue, Véronique Cloutier a laissé filtrer quelques précieuses informations sur les Prix Gémeaux 2020 (qui auront lieu le 20 septembre prochain), qui étaient toujours sur la glace à cause de la pandémie mondiale du coronavirus!

«Normalement, au mois de juin, ça se bouscule, parce que dès que je finis la radio, tout le monde saute sur moi pour compléter tout ce qui était en plan! Là, tout est en arrêt, ou presque. J'ai le magazine, que je fais à distance, et pour la fondation, on fait nos conseils d'administration sur Zoom. On règle beaucoup de choses par courriel et par téléphone. Donc, c'est ça qui me tient occupée présentement. Et je prépare... Je ne sais pas si j'ai le droit de le dire, mais je prépare les Gémeaux! Des Gémeaux... disons-le... réinventés? Même si le monde artistique présentement n'aime pas beaucoup ce mot-là... mais c'est ça! On n'a pas le choix de revoir la formule. Je crois qu'il n’y a pas eu d'annonce officielle encore, mais ça sent très bon pour qu'il y ait un gala des Prix Gémeaux au mois de septembre, mais fait différemment!», raconte Véro.

On se souvient que les adorables enfants de Véro et Louis avaient fait fureur l'an dernier en salle de presse aux Prix Gémeaux!
 

Karine Paradis

Karine Paradis
 

Avec la situation actuelle de la COVID-19, la construction de la première Maison Véro & Louis à Varennes a été pour le moins chamboulée et Véronique a tenu à nous donner des nouvelles de l’ampleur des travaux!

«La semaine passée, j'ai publié sur ma page Facebook une vidéo où on est allés sur le terrain. On essaie de donner des nouvelles assez régulièrement aux gens, parce que ça fait quand même quatre ans qu'on leur demande de l'argent (rires). On les sollicite partout à droite et à gauche, à coups d'événements et tout. Je trouve ça important de tenir les gens informés de ce qu'on fait avec leurs sous. Actuellement, la maison est au stade de sa finition. On n'a pas filmé en-dedans pour tout de suite, mais bientôt, on va sortir des images. À l'intérieur, c'est vraiment très très avancé. Il y a les mobiliers de cuisine installés; les armoires et tous les trucs qui se barrent. Les salles de bain aussi sont installées... Ça avance vraiment très bien! Ils font le paysagement extérieur en ce moment. La maison devrait être fonctionnelle à partir de cet été. On va pouvoir la meubler, la finir dans les détails, embaucher du personnel qui va préparer l'arrivée des résidents, afin qu'on puisse les accueillir quelque part d'ici la fin de l'année 2020 ou MAXIMUM au début 2021. Parce que là, en ce moment, de toute façon, avec la distancation sociale, ce n'est pas possible d'accueillir 20 résidents. Et les personnes autistes sont des gens de routine... Alors c'est très important pour eux qu'ils sachent dans quel cadre ils vont vivre. On est déjà complètement bouleversés depuis deux mois, donc en plus, de les changer de maison, ce ne serait pas un bon moment. Ça va être cet hiver et on va prendre le temps de bien faire les choses, pour que ça se passe bien pour eux, pour leur famille et pour nous-mêmes!»



Enfin, la nouvelle collection Différent comme toi de la Fondation Véro & Louis souffle aujourd’hui ses trois bougies!

«Quand on a lancé la campagne de t-shirt Différent comme toi il y a trois ans, je disais à toute l'équipe, je leur cassais les oreilles avec ça, en leur disant que je ne voulais pas seulement que ce soit un t-shirt que tu achètes pour le beau geste que ça représente. Je voulais qu'il fasse partie des items préférés des gens dans leur garde-robe. Je voulais qu'il soit doux, confortable, qu'il se porte avec tout et qu'il fasse bien à tout le monde, peu importe son style, son âge, sa silhouette ou le domaine dans lequel il travaille. Je voulais que les gens puissent porter ce chandail tout le temps et qu'ils l'aiment pour vrai, et non pas juste pour ce qu'il représente!»
 


On peut dire que c’est mission accomplie!
 

Vous aimerez aussi: