Basic Instinct: Sharon Stone ignorait qu'on filmerait ses parties intimes

Il n'est jamais trop tard pour dénoncer une situation inacceptable! Cette semaine, c'est Sharon Stone qui dénonce le comportement de certains membres de l'équipe production du film Basic Instinct

Sharon Stone

MICHAEL TRAN/AFP via Getty Image

Dans ce classique du cinéma sorti en 1992, l'actrice incarne la romancière Catherine Tramell, soupçonnée de meurtre. Pendant la scène d'interrogatoire, le personnage de Sharon Stone croise et décroise ses jambes devant les enquêteurs. Malgré que l'essentiel soit censuré, les parties intimes de l'actrice sont filmées en gros plan pendant quelques secondes. 

Près de 30 ans plus tard, on apprend que la star n'a jamais accepté que son entrejambe soit filmé, surtout sans sous-vêtements!

Dans sa biographie The Beauty of Living Twice qui sort à la fin du mois, Sharon Stone explique qu'elle s'est fait mener en bateau par le réalisateur de Basic Instinct.

Paul Verhoeven lui a demandé à la dernière minute d'enlever sa petite culotte car « la couleur interférait avec l'éclairage »

Ce n'est qu'au visionnement à l'interne, entourée de dizaines d'hommes qui n'avaient rien à voir avec la production, que Sharon Stone a réalisé que son vagin avait été filmé.

Elle a giflé le réalisateur, et appelé son avocat. Les procédures ont fait en sorte qu'elle a pu obtenir une injonction et approuver le film avant sa sortie au cinéma.

Dans sa nouvelle biographie, Sharon Stone dénonce un autre producteur hollywoodien qui lui a « fortement suggéré d'avoir une relation sexuelle avec sa covedette masculine » afin de créer une chimie à la caméra. Elle a préféré taire le nom du producteur et du film en question.

The Beauty of Living Twice sortira en librairie le 30 mars prochain. 

 

Vous aimerez aussi: