Marjo, heureuse que les années de fête soient derrière