Agression sexuelle, harcèlement et séquestration: Éric Salvail acquitté

Le juge a rendu son verdict dans le procès d'Éric Salvail, vendredi après-midi : il est acquitté des 3 chefs d'accusation qui pesaient contre lui. 

Au moment de rendre sa décision, le tribunal a rejetté le témoignage de l'ex-animateur vedette, mais a déclaré ne pas avoir confiance au témoignage du plaignant.

Éric Salvail était accusé d’agression sexuelle, de harcèlement criminel et de séquestration à l’égard de Donald Duguay. Les faits qui lui étaient reprochés se seraient produits entre le 1er avril et le 30 novembre 1993 sur une seule victime.

Appelé à témoigner en cour à l'hiver dernier, Éric Salvail a nié le tout en bloc, affirmant qu'il n'avait jamais agressé sexuellement quiconque de sa vie.

La Couronne avait ensuite déclaré que Salvail avait «mis en jeu sa bonne réputation en tentant de démontrer qu’il n’est pas le “genre de personne” qui agresse les gens dans la vie». C'est donc pourquoi la Couronne avait demandé à utiliser de nouveaux témoignages présentant une contre-preuve contre l'ex-animateur populaire, visant à détruire sa défense de « bonne réputation ».

Le fameux condo d'Éric Salvail situé à L’Île-des-Sœurs dans l’arrondissement Verdun, qui était en vente au coût de 1,75 million de dollars, a trouvé preneur! Pendant ce temps, l'ex-animateur et son conjoint ont fait l'acquisition d'une nouvelle propriété sur le bord du canal Intracoastal, à Pompano Beach, valant un peu plus de 1,5 millions de dollars. Le couple est déjà propriétaire d'un condo en bord de mer là-bas, à Pompano Beach! Pas de doute, Éric a toujours le flair pour les affaires!

enVedette

Trois ex-collègues de la star déchue ont fait des déclarations troublantes au Service de police de la Ville de Montréal à la mi-mars 2020, sans toutefois porter plainte, à la suite du témoignage très médiatisé d’Éric Salvail.

À la fin des années 1990, un collègue d'Éric (appelé M. B.) alors qu'il était animateur de foule lui reproche ses multiples commentaires de nature sexuelle à son égard.

«[Éric Salvail] pouvait le suivre dans l’ascenseur, tenter de lui mettre la langue dans l’oreille, de se frotter le sexe contre lui ou de lui tâter les fesses. M. B. a dû, à un certain moment, lui donner des coups aux côtes pour se faire respecter.»

Le deuxième plaignant a travaillé avec l'animateur chez Productions J. et lui reproche ses commentaires déplacés et de gestes de nature sexuelle en 2003.

«[Il] était penché vers l’avant sur son bureau. […] [Salvail] est entré subtilement pour se rentrer [sic] derrière lui, le saisit par-derrière, se frotte le tronc contre lui en lui touchant le torse de ses deux mains. [Le témoin] précise avoir à ce moment senti son souffle dans son cou. Il a dû repousser physiquement violemment l’accusé en le poussant dans un classeur»

Le troisième témoin, J. R., travaillait avec lui à l'émission Sucré salé, alors qu'il était chroniqueur.

«Un soir, alors que J. R. cherchait quelque chose sur un bureau, Éric Salvail serait arrivé discrètement de l’arrière pour lui toucher les testicules. «Dérouté et mal à l’aise», J. R. s’en va. «[Salvail] le suit dans le corridor et baisse son pantalon vers le bas exhibant son pénis en l’invitant dans le bureau des recherchistes», peut-on lire sur le site de La Presse.

Rappelons qu'aucun de ses trois témoins n'a souhaité porter plainte à la police et qu'Éric Salvail ne fait pas l’objet de nouvelles accusations criminelles pour ces allégations.

Éric Salvail

CP Images/Ryan Remiorz

En 2017, dans un reportage des journalistes Katia Gagnon et Stéphanie Valet publié dans LaPresse+, 11 personnes ont accusé Éric Salvail d'inconduites sexuelles. 

L'animateur déchu a alors abandonné sa vie publique et déclaré ceci: 

« Mes actions prioritaires sont tournées vers les nombreuses personnes qui ont subi mes comportements déplacés. Je vous ai offensés. Je vous ai dérangés. Je vous ai blessés. Je le reconnais. Avec humilité et désolation. Je m’en excuse. Sincèrement. À tous mes amis et collaborateurs du milieu artistique : je vous demande pardon de vous décevoir ainsi. À mon humble avis, personne parmi vous n’est complice de mes agissements. »
 

Vous aimerez aussi